Qui et quoi ?

Vous êtes muté à Berlin, capitale officieuse d’europa depuis le début de la guerre avec la grande Russie, en 2037. Et J’ai un bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que vous allez atterrir dans le commissariat du secteur XVIII. Le plus gros de la ville, installé dans un ancien Bunker construit au début de la guerre, quand on craignait le pire. C’est du solide, avec des gros effectifs. La mauvaise nouvelle ?  Le « quartier » en question compte dans les 3 millions d’habitants.

Tout est dans le titre : Berlin XVIII, le jeu de rôle de la fin des années 80, verra le jour en 2018 dans une toute nouvelle version, utilisant le système apocalypse. Ce sera donc aussi le premier jeu français « propulsé a l’apocalypse ». Est il vraiment nécessaire de présenter ce jeu ? On me souffle dans l’oreillette qu’il y a des rolistes de moins de 35 ans…

Crée par les fondateurs de Siroz, Eric Bouchaud et Nicolas Thery, Berlin XVIII faisait initialement partie d’une gamme de « prêt a jouer » , un format novateur pour l’époque, qui comprenait deux autres jeux. Vu le succès, il a ensuite connu deux éditions successives « en dur » en l’espace de quelques années, pour disparaître subitement du paysage ludique en raison de la fermeture de Siroz et de la brouille entre ses membres. Cops à alors pris la relève avec le même principe  – celui d’incarner des agents de police dans un futur proche un peu déglingué – mais déplacé dans une Californie indépendante. Même si Cops était un bon jeu, les palmiers de palm beach n’ont jamais réussi a faire oublier le noir déglingué de la future capitale d’une Europe à bout de souffle.

A ce stade, vous aurez peut être compris que c’est quelque chose qui me tient a cœur. J’en parlais déja en 2009 sur le défunt Sildendrift puis sur Narrativiste quelques années après, au sujet du troublant caractère prophétique de son univers. Cette démarche ne surprendra pas non plus ceux qui ont suivi le concours des Vieux pots, nouvelles soupes, que j’organisais il y a quelques années et qui relève exactement du même principe : redonner vie a un fantastique univers roliste oublié en le motorisé avec le nec plus ultra des innovations que l’on appellera « narratives » faute de mieux.  Le voila donc enfin.

Ce mini-site est donc dédié à la centralisation des informations sur cette nouvelle version « propulsée par l’apocalypse », dont la version « alpha » est disponible gratuitement et à laquelle vous pouvez participer.

 

Un grand merci à Eric Bouchaud et Nicolas Thery pour avoir créé ce jeu et permettre sa renaissance, ainsi qu’à Croc pour son aimable soutien et à Laurent Tremel pour son aide dans l’investigation de long haleine qui a conduit à tout cela.

Crédit photo: « violent world » par David Charretier sur Deviantart, l’un des illustrateurs